La tête dans les nuages #4

© Perrine Lievens, Temps couvert
Tirage aux encres pigmentaires sur papier Hahnemühle PHOTO RAG 308g, format 50 x 37 cm.

 

Nuages d’Or & Japon


120. Les nuages

« Les nuages blancs, pourpres, noirs, me ravissent.
Les nuages chargés de pluie, que le vent chasse.
J’aime voir aussi, à la pointe du jour, les nuages sombres,
qui peu à peu blanchissent. Dans une poésie chinoise, on a
parlé, je crois, de la teinte qui disparaissait à l’aurore.
C’est bien joli encore lorsqu’un nuage mince couvre la face brillante
de la lune ! »

Sei Shônagon, Notes de chevet, début du XIe siècle. (1)


kano_eitoku

Kâno Eitoku, Paire de paravents à 4 panneaux, couleurs sur papier doré, époque Momoyama, XVIe siècle, Musée National de Tokyo

Sur ce merveilleux paravent de Kanô Eitoku (1543-90) – considéré comme le plus grand artiste peintre de son temps – les nuages sont d’or.
Sur un fond de feuilles d’or représentant la terre et les nuages, un gigantesque cyprès du Japon (hinoki) étend majestueusement ses branches noueuses sur toute la surface du paravent. Entre la terre d’or et les nuages d’or, s’étend une pièce d’eau d’un bleu outremer.

 

Japanese_-_Six-fold_Screen_with_Scenes_from_-The_Genji_Monogatari-_-_Walters_35210_-_Detail_B

Anonyme, Détail d’un paravent à six panneaux, scène du Genji monogatari, Encre, couleur et or sur papier, époque Momoyama, XVIe siècle, Walters Art Museum, Baltimore

Le Dit du Genji ou Genji monogatari écrit par Murasaki Shikibu, une dame de la cour  de Heian (actuelle Kyoto), à la fin du Xe siècle est le plus ancien roman fleuve du monde. Il décrit avec minutie la vie quotidienne et les sentiments des nobles de la cour impériale à travers la figure du Prince Genji.

Ce récit a été mis en images du XIIe siècle jusqu’à nos jours sur les supports les plus variés, peintures en forme d’éventail, kakémonos, cloisons coulissantes ou paravents comme ici. On appelle ces oeuvres les peintures du Genji, ou Genji-e.

Japanese_-_Six-fold_Screen_with_Scenes_from_-The_Genji_Monogatari-_-_Walters_35210_-_Detail_A

Autre détail du même paravent

Dans ces Genji-e, les artistes japonais utilisent la perspective axonométrique qui impose un point de vue élevé. Ils sont confrontés au problème de la représentation des personnages à l’intérieur des bâtiments. Aussi emploient-ils le procédé du « toit enlevé », fukinuki yatai : toits et plafonds sont supprimés.

À partir du XVe siècle, des volutes dorées couronnent ou ceignent l’image, empiétant sur certains motifs. Ce sont des nuages de convention. Ils créent de nouvelles délimitations plus souples, dissimulent certaines zones et mettent en valeur des portions de l’image en les encadrant. Ces moutonnements de nuages d’or atténuent la rigueur des formes anguleuses des architectures et manifestent la grande sensibilité des peintres japonais à la beauté de l’or. Il faut les imaginer dans la lumière douce des flammes fragiles d’autrefois qui leur donnait vie et mouvement.


Notes :
Sei-Shonagon-Notes-de-chevet(1) Sei Shônagon, Notes de chevet
Connaissances de l’Orient,
Gallimard /Unesco

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s