Le dit de l’image #349

Le dit de l’image : un jour, une œuvre, un mot.
Comme une éphéméride du sensible,
une image quotidienne assortie d’un mot, d’une phrase…ou pas.

Autoportrait à Venise devant “Quelques hommes” de Giovanni Bellini, 1960, Agnès Varda (1928-2019), photographie argentique

« Robe sans corps, robe sans jambes,
Robe sans un bouton qui manque
Quel émoi dans la gorge absente.
Comme il bat vite,
Ce cœur qui n’est qu’un souvenir !

Proche l’oreille du corsage,
Comme le médecin des morts,
Vais-je pouvoir entendre encor
Le sang et son clair équipage ?

Le torse de soie est bombé,
C’est une plage grise et rose,
Mais comme les manches sont plates.
Cherchez le fer à repasser,
Cherchez le doux ventre et la rate.

Trouvez, si vous le pouvez, la tête
De cette dame sans amant :
Un peu d’air de dix-sept cent sept
Et pas plus gros qu’un poing d’enfant. »

Jules Supervielle (1884-1960), Musée Carnavalet, 1930

2 réponses sur « Le dit de l’image #349 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s