Le dit de l’image #432

Le dit de l’image,
comme une éphéméride du sensible,
une image choisie ou un collage créé
qui inspirent une phrase ou plus

BAM-184-S-99, juin 2020, Barbara M. collage.

Seul dans son cadre doré, un enfant né du pinceau de Jean Siméon s’ennuyait ferme. (1)
C’était un enfant des Lumières instruit des langues anciennes.
Il n’avait cependant pas de mot pour dire sa douleur d’être là debout devant ce petit bureau depuis toutes ces années et de ne pouvoir rentrer chez lui. 
Alors, à partir du grec νόστος, nostos (« retour ») et ἄλγος, álgos  (« souffrance »), Auguste-Gabriel — c’était son nom — inventa le terme nostalgie. Il en fut aussitôt apaisé. Enfin il pouvait mettre un mot sur sa détresse. L’enfant ouvrit le livre posé devant lui et lu à haute voix la première page :

Ô Muse, conte-moi l’aventure de l’Inventif : celui qui pilla Troie, qui pendant des années erra, voyant beaucoup de villes, découvrant beaucoup d’usages, souffrant beaucoup d’angoisses dans son âme sur la mer […] (2)

Mû par une énergie nouvelle, il saisit la plume et entreprit d’établir de mémoire la liste des escales de l’Odyssée entre Troie et Ithaque. Il s’imaginait juché sur un amoncellement de barques, comme des vagues pétrifiées ; et de toutes les merveilles du voyage d’Ulysse d’île en île, rien n’enflammait plus son imagination que l’œil unique du cyclope Polyphème, fils du dieu de la mer, Poséidon.

Des éclats de voix et les vibrations de pas sur le plancher lui firent reprendre la pose et mirent fin à sa rêverie mythologique. Si le nouveau propriétaire du tableau n’avait pas été pas si absorbé par le charme ensorcelant d’une ingénue, peut-être aurait-il remarqué un discret sourire sur le visage du jeune garçon auparavant si mélancolique.

BAM-184-S-99, juin 2020*


*BAM-184-S-99 n’est pas le nom d’une nouvelle étoile mais le numéro 184, septembre 1999 de ma collection (complète) de Beaux Arts magazine. Survivante de plus de six déménagements, elle attendait sagement que je me décide à lui donner une seconde vie. C’est le travail que j’ai entrepris : prendre un numéro au hasard, découper en suivant mon intuition, créer un collage puis écrire un texte à partir de cette image.

(1) L’enfant dans son cadre…
(2) Odyssée, I, 1-4, traduction de Philippe Jaccottet
Les barques de l’artiste cubain Kcho
L’œil de Fabrice Hyber

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s