Le dit de l’image #461

Le dit de l’image,
comme une éphéméride du sensible,
une ou des images choisies ou créées
qui appellent des mots, ou l’inverse…

Ligne 7, ou pas © Barbara Sabaté Montoriol, Collage marouflé sur papier de riz, le 09 février 2021*

« Or ce qui me semble, c’est qu’à ce seuil à la fois intime et lointain où la nuit nous dépose et où chacun d’entre nous descend seul, toutes les créatures qui dorment ont accès : regarder un animal dormir et voir alors son corps se soulever lentement ou parfois fébrilement, c’est pour ainsi dire vérifier qu’il est lui aussi déposé sur ce seuil, frange où l’être semble se recueillir et s’accepter intégralement dans l’existence, de façon ultra générique et distincte : épandu à tous les êtres vivants (hommes, animaux et sans doute aussi plantes) en même temps que mené à bien dans la particularité ou la singularité d’un seul être, en qui dès lors, pour qui l’observe, la totalité de la vie semble se rassembler. »

Jean-Chistophe Bailly, Le parti pris des animaux, Christian Bourgeois éditeur, 2013, page 90.


*Ligne 7, ou pas © Barbara Sabaté Montoriol, Collage marouflé sur papier de riz : détail d’une Photo Carrée, de Christophe Bouillet ; détail de Tina in Mexico, 1924, une photographie d’Edward Weston (1886-1958) & détail de Roe Deer, une photographie de Harry Benson (né en 1929).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s