la douleur de vivre

Vu ce soir le beau film d’Ang Lee où Tang Wei arbore de jolies robes à fleurs moulantes chipao.
La partie de mah-jong du début est exquise dans l’entremêlement des conversations croisées de ces femmes qui simulent l’insouciance. Les décors sont formidables mais le scénario est un peu plat. Au fil des images un indéfinissable sentiment de résignation se distille peu à peu, de façon détournée, très orientale ; une amertume prégnante et volatile.
Tous ces personnages semblent agir plus pour tromper leur ennui que par réelles convictions et c’est ce qui est très troublant finalement.

One thought on “la douleur de vivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s