Paul Valéry aux Tuileries

« Le jour croît, par degrés assez sensibles, et à chaque pas qu’il fait telle nuance se dégage du trouble pâle de l’aube. Le clair et le sombre se divisent -en colorations que l’on peut nommer ; et chaque couleur se divise à son tour- chaque masse de l’espace s’ouvre comme une fleur »    

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s