Le chat & le perroquet

Ce grand trompe-l’oeil,  huile sur toile  du XVIIIe siècle par le peintre Nicolas de Largillière est l’une des trois peintures qui décoraient une pièce de la maison de l’artiste, rue Geoffroy-l’Angevin, à Paris. Je « passe le voir » souvent dans les salle de peinture française.
Il y a là un parfum d’enfance dans le somptueux rideaux rouge, les animaux de conte et ce  paysage au goût de Rubens que je ne sais pas bien démêler mais dont je me délecte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s