légère comme une plume

« La vue d’un oiseau ailé devrait se traduire comme un signe de la tendresse et de la compassion divines. 
Il rappelle à l’homme sa vocation primordiale, donc la nécessité de se dépouiller d’un survêtement accessoire et passager afin d’acquérir un état ailé ».
Ce livre est vraiment formidable, je le déguste à petites lampées, pendant mes trajets.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s