Tumultes à la galerie Hayasaki

Aujourd’hui et demain encore, venir contempler les oeuvres de Cécile Donato Soupama à la galerie Hayasaki 
 

 

Véronèse 100 x 80 cm

 

TUMULTES n. m. pl. –  Choses qui font battre le coeur.

Imaginez. Vous survolez la Terre.
De temps en temps, attiré par une couleur, vous vous posez sur un vaste continent ou sur une île minuscule.
Vous assistez à la naissance de paysages d’avant le monde des Hommes, à des mouvements de planètes en formation, magmas, forces telluriques.
Les couleurs sont celles de la terre, terre rouge, ocre jaune, terre noire et le si beau vert Véronèse.
Soyez attentifs, regardez les toiles avidement.
Certains autour de vous parleront, commenteront, philosopheront, sûrs de ce qui est beau et de ce qui ne l’est pas.
Ne vous laissez pas distraire, prenez une distance suffisante et ce tumulte de mots formera une musique exquise comme celle de la pluie.
Ne dites rien, laissez votre corps parler, une lueur joyeuse danser dans vos yeux, une tension se dénouer dans vos épaules.
Vous serez prêts alors à vous laisser émouvoir par les concrétions d’ocres minérales que déposent les pigments, si intensément contrastées par les plages de noir dense.
Il vous faut éprouver l’émotion du geste de Cécile d’une façon très concrète, palpable, charnelle : laissez-vous gagner par son énergie et l’explosion des éclats de noirs.
Caressez du regard les œuvres, encore et encore, voyez, ressentez avant tout la terre, des terres lointaines, côtes découpées ou montagnes dressées. Alors apparaîtra l’eau qui dessine ces paysages de rêves, puis le blanc de la toile en réserve, nuancé de nappes de gris taupes, de gris bleus ou jaunes et enfin les mots gravés dans le corps de la toile, des mots mystérieux, lisibles et illisibles.
C’est ainsi que ces toiles qui génèrent une vibration si particulière vous feront ressentir la force  née de l’affrontement tumultueux de l’ombre et de la lumière.
Dans les premières années du XIe siècle au Japon, Sei Shônagon, une dame d’honneur appartenant à la cour impériale de Heian écrivit des «Notes de chevet», sous formes de listes. L’une d’elles est intitulée :

Choses qui font battre le coeur

«Des moineaux qui nourrissent leurs petits.
Passer devant un endroit où l’on fait jouer des petits enfants.
Se coucher seule dans une chambre délicieusement parfumée d’encens.
S’apercevoir que son miroir de Chine est un peu terni.
Même quand personne ne vous voit, se sentir heureuse au fond du coeur. (…)»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s