Le dit de l’image #381

Le dit de l’image : un jour, une œuvre, un mot. Comme une éphéméride du sensible,
une image quotidienne assortie d’un mot, d’une phrase…ou pas.

Les yeux clos, 1890, Odilon Redon (1840-1916), Huile sur carton, 36 x 44 cm
Paris, Musée d’Orsay

« Un matin, je claque la porte, le coeur léger. Au coin de la rue, George Sand m’adresse un salut gracieux. Je souris et poursuis mon chemin vers les Ondes. Devant le café, Théophile Gautier est en grande conversation avec un Gros, un très gros chien. Le ton monte, je les contourne sur la pointe des pieds pour entrer dans le bistro. Les tasses de café sont amarrées Quai de Grenelle, me lance le serveur, revêche. Aucune importance, me dis-je, je suis venue pour Augustin Trapenard. Lorsqu’il sort de sa maison ronde, je lui adresse un salut gracieux. Il ne sourit pas, poursuit son chemin vers la rive du fleuve et ajoute : avec deux sucres, merci. »

MBL, 2019, RÊVE D’IL Y A QUELQUES TEMPS, LES JOIES DU QUARTIER

Une réponse sur « Le dit de l’image #381 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s