Et ta sœur ?#11

Une déambulation iconographique autour des sœurs qui vont par deux dans l’histoire de l’art…pour explorer ce lien si puissant, gracile et léger. Indispensable.

Les Soeurs Surreys, 1894, Georges Lemmen (1865-1916), huile sur toile, 60,01 x 70,01 cm, Indianapolis museum of art

« Les lieux diffèrent tellement les uns des autres ; (…) ; encombrés de linge qui sèche ; ou brillants d’opales et de soies ; durs comme du crin ou doux comme du duvet — il suffit d’entrer dans n’importe quel lieu de n’importe quelle rue pour que cette force extrêmement complexe de la féminité vous vole au visage. Comment pourrait-il en être autrement ? Car les femmes sont restées assises à l’intérieur depuis des millions d’années, de sorte qu’à présent les murs mêmes sont imprégnés de leur force créatrice qui, à vrai dire, a tellement débordé la capacité des briques et du mortier qu’elle doit se ceinturer de stylos et de pinceaux et de commerce et de politique. »

Virginia Woolf (1882-1941), Un lieu à soi, Nouvelle traduction de Marie Darrieussecq,
éd. Denoël, 2016, p. 135-136.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s