Le dit de l'image #402

Le dit de l’image : un jour, une œuvre, un mot. Comme une éphéméride du sensible,
une image quotidienne assortie d’un mot, d’une phrase…ou pas.

Études pour la tête de Léda, vers 1505-15106, Léonard de Vinci (1452-1519), Dessin, pierre noire, plume et encre brune, Windsor Castle, Royal Library

« Observe le mouvement de la surface de l’eau, comme il ressemble à la chevelure, qui a deux mouvements, dont l’un vient du poids des cheveux, l’autres des courbes des boucles. Ainsi l’eau a ses boucles tourbillonnantes, dont une partie suit l’élan du courant principal, et l’autre obéit à un mouvement d’incidence et de réflexion.
Toutes les branches d’un arbre, réunies à n’importe quel niveau de hauteur, égalent ensembles la grosseur du tronc.
Toutes les ramifications des eaux, à n’importe quel point de leur course, sont, si le courant a la même rapidité, égales ensemble à la grandeur du cours dont elles proviennent. » (1)

Léonard de Vinci (1452-1519), Traité de la peinture, traduction d’André Chastel.

Percussion de l’eau contre l’eau, vers 1507-1509, Léonard de Vinci (1452-1519), Dessin à l’encre, Windsor Castle, Royal Library

(1) Texte cité par Georges Didi-Huberman dans Ninfa fluida, un passionnant Essai sur le drapé-désir, dans la collection Art et artistes chez Gallimard, 2015, pages 118 et 119.

On peut voir ces merveilleux dessins dans l’exposition Léonard de Vinci au musée du Louvre jusqu’au 24 février 2020

2 réponses sur « Le dit de l'image #402 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s