Calendrier de l’Avent / 24 gestes #3

Une tradition détournée, une petite étude de la représentation des attitudes des mains des femmes par les artistes.
Une série d’ex-voto de gestes, de ces mains féminines touchantes et touchées.

The Earring,1893, George Hendrik Breitner (1857-1923), huile sur toile, 84,5 x 57,5 cm, Rotterdam, Museum Boijmans Van Beuningen

Ajuster le minuscule fermoir du pendant d’oreille sur la pointe d’or qui traverse le lobe, la grâce de ce geste de la main reflété dans le miroir, mon beau miroir, dis-moi qui … 
Dans le conte Blanche-Neige des frères Grimm, le Miroir magique est incapable de mentir. Tout autre est le miroir qui renvoie une image fabriquée par l’injonction à se conformer aux critères de beauté d’une société soucieuse des apparences où l’on n’existe que par et pour le regard de l’autre.

Vénus au miroir, 1554-1555, Le Titien (vers 1488-1576), huile sur toile, 124,5 x 105,5 cm, Washington, National Gallery of Art < > Vénus et Cupidon ca. 1606 – 1611, Peter Paul Rubens (1577-1640), huile sur toile, 137 x 111 cm, Madrid, musée Thyssen-Bornemisza

« Quel est l’objet tel qu’en le regardant nous nous voyons nous-mêmes tout en le voyant ? » demande Socrate à Alcibiade, qui résout sans peine la devinette : « Il est clair que c’est un miroir, Socrate, ou quelque chose de ce genre. » 1

La coiffure, 1901, Henri Matisse (1859-1954), huile sur toile. 95,2 x 80,1 cm, Washington, DC, National Gallery of Art

Dans l’antiquité, c’est un métal poli qui servait de miroir. Au cours du moyen âge, vers le XIIIe siècle, on fixe, sur une surface convexe, des feuilles d’étain derrière des plaques de verre, ce qui donne une image déformée. Puis, au XIVe siècle, on procède à l’étamage des glaces avec un mélange de mercure et d’étain. 

Jeune-femme au miroir, 1515, Giovanni Bellini (vers 1430-1516), huile sur bois, 62,9 x 78,3, Vienne, musée d’histoire de l’art

Ce n’est pas seulement l’ordre de sa coiffure que l’on observe dans le miroir mais aussi celui de ses pensées, pour mieux les contrôler et mieux se connaître, et garder toujours un regard vers l’arrière pour ne pas se précipiter en avant. 

Devant la psyché, 1890, Berthe Morisot (1841-1895), 55 x 46 cm, Martigny, Fondation Pierre Gianada

« Allons, Kitty, si tu veux bien m’écouter, au lieu de bavarder sans arrêt,
— dit Alice à son chat —
je vais te dire tout ce que je pense de la Maison du Miroir. D’abord, il y a la pièce que tu peux voir dans le Miroir… Elle est exactement pareille à notre salon, mais les choses sont en sens inverse. Je peux la voir tout entière quand je grimpe sur une chaise… (…) Tiens, tu vois, les livres ressemblent pas mal à nos livres, mais les mots sont à l’envers ; je le sais bien parce que j’ai tenu une fois un de nos livres devant le miroir, et, quand on fait ça, ils tiennent aussi un livre dans l’autre pièce. (…) Oh ! Kitty ! ce serait merveilleux si on pouvait entrer dans la Maison du Miroir ! Faisons semblant de pouvoir y entrer, d’une façon ou d’une autre.(…) »2

A Nude Woman Doing Her Hair Before A Mirror, 1841, Christoffer Wilhelm Eckersberg (1783 – 1853), huile sur toile, 33,5 x 26 cm, Copenhague, The Hirschsprung Collection

Comme j’aime la possibilité de me réfugier un moment de l’autre côté du miroir, dans un monde imaginaire, au-delà de l’apparence !


1 Jean-Pierre Vernant, Dans l’œil du miroir, p.163
2 Lewis Carroll, De l’autre côté du miroir, p.7

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s