Le dit de l’image #497

Le dit de l’image,
comme une éphéméride du sensible,
une ou des images choisies ou créées
qui appellent des mots, ou l’inverse…

Hôtel d’Orsay, portes ouvertes © Sophie Calle (née en 1953)

On se croit prisonnier d’une lignée, d’une histoire familiale. Certes, parfois, l’héritage est si lourd qu’il nous fait ployer. Il ne s’agit pas de le nier. Mais nous sommes issu de deux lignées, connues ou inconnues, réelles ou fantasmées. Et si nous écrivons toujours mentalement notre récit en composant avec ceux du passé, il y a peut-être une plus grande part de liberté que nous ne le croyons.
Jusqu’à quel point faut-il admettre que ceux qui nous précèdent nous déterminent ?

Claire Marin, Être à sa place, Éd. de l’Observatoire, 2022, P. 148.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s