Londres, Empreinte de voyage n°1

Julian Moore mise en scène par Annie Leibovitz en Grande Odalisque, dans l’exposition « Vanity Fair » à la National Portrait Gallery, est assurément géniale !
Je pense à C devant une photo de David Hockney au bord d’une piscine, torse nu, en pantalon rayé avec ses cheveux de paille et ses grandes lunettes rondes.

Les portraits des Tudor dans les étages du musée sont impressionnants par leur troublante ressemblance, la pâleur des visages engoncés dans des fraises jusqu’au menton, sur des fonds bleu-vert veloutés.
Dans ceux du XIXe, les hommes sont tous vêtus de noir dans leurs beaux cadres de bois sombres mis en valeur par les murs vert Arsenic.
À l’étage des contemporains, nous découvrons la reine Élizabeth par Andy Warhol.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s