Mort d’un homme de l’art



Je me souviens de l’exposition Combines au centre Pompidou l’hiver dernier et de l’émotion devant ces explosions de couleurs et de matières hétéroclites .

Dans l’un des derniers longs entretiens donnés au journal Le Monde, Robert Rauschenberg évoque une histoire Zen que racontait son ami John Cage : celle d’un mille-pattes que l’on interroge pour savoir quel pied il pose d’abord sur le sol pour avancer. Le mille-pattes s’arrête, réfléchit. Et meurt. Il ne s’était jamais posé la question.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s