EN(T/C)RE

Les  encres de Chine sur papier de riz de mon amie Cécile Donato Soupama ont trouvé leur source d’inspiration sur les cimaises du musée national des arts asiatiques Guimet à l’hiver 2016. Dans le cadre de l’exposition L’empire de l’encre, calligraphies contemporaines japonaises, des création récentes de la fondation Mainichi Shodokai étaient mises en regard avec des œuvres d’artistes européens influencés par la calligraphie japonaise. Parmi ces derniers, Henri Michaux dont une œuvre de 1959 a capté et retenu le regard de Cécile.

Affiche_EN(T_C)RE

 

Une réflexion commune, attentive et enjouée nous a permis de donner à cet ensemble un titre, EN(T/C)RE (1)
Autrement dit : ENTREL’ENCRE.
Parce qu’ENTRE
    c’est une durée entre deux moments : entre l’encre de Chine et le pinceau, un intervalle de temps. Celui du recueillement.
   c’est l’espace qui sépare des choses et des êtres : entre le pinceau chargé d’encre noire et le papier, l’artiste chargée d’énergie. Elle va « s’en délivrer », « s’en décharger d’un coup »(2) dans le geste de peindre. Entre les bandes de papier court le geste sans s’interrompre.
    c’est l’ensemble au sein duquel une possibilité de choix est offerte : entre deux traces encrées du pinceau, Cécile choisit d’utiliser le collage. Un fin papier de riz, comme une brume opacifiant le premier trait d’encre sans l’effacer, telle une main tendue pour un second, parfois.
    c’est un rapport de réciprocité, de similitude ou de différence : entre le noir de l’encre et la pâleur du papier agit le souffle du vide médian. Entre l’ombre et la lumière, entrevoir l’infini.
    c’est enfin un ensemble de personnes à l’exclusion de toute autre : entre l’œuvre et les regardeurs, un seuil franchi, une intimité qui s’installe.

Nous avons poursuivi l’aventure en agençant et sélectionnant 11 polyptyques.
Puis en leur donnant à leur tour un titre. Onze mots à partir desquels Cécile a écrit des annotations, onze mots qui se sont assemblés en quatres phrases :

PASSENT, DEBOUT, des INTERVALLES.
ATTEINDRE le MOUVEMENT par l’INFLUX.
Des RAMEAUX du DÉSIR naît l’INQUIÉTUDE.
La RESPIRATION et le TOUCHER vers la TRANSFORMATION.

J’ai donné à ces petits écrits, dans le catalogue qui accompagne l’exposition, la forme de légers calligrammes. Nous souhaitions toutes deux qu’entre les mots et l’expression du pinceau se tissent des correspondances, s’instaurent des conversations «comme de longs échos qui de loin se confondent »(3).

catalogue

 

Catalogue Entrel’encre, format à la française,
16,5 x 24 cm, édition monochrome
limitée à 40 épreuves sur papier bouffant,
en vente à la Galerie Magali Nourissat.

Feuilleter le catalogue ici

 

 


(1) J’avais remarqué la pertinence subtile du titre DES(T/S)IN(S) DE GUERRE, d’une exposition du musée Zadkine, qui m’a donné l’idée de jouer ainsi avec les lettres.
(2) Henri Michaux, Idéogrammes en Chine, 1975
(3) Charles Baudelaire, Correspondances

One thought on “EN(T/C)RE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s