Le dit de l’Avent #7

Le dit de l’Avent, focus sur un détail de la Nativité…

Chaque jour de l’Avent donc, un regard ludique et didactique sur l’un des thèmes les plus évoqués dans la peinture occidentale depuis le IIIe siècle. L’œuvre d’où est extrait le détail est à découvrir… demain 😉

L’iconographie de la Nativité connaît entre le XIVe et le XVe siècle une évolution significative (…) favorable à Joseph qui passe d’une position de simple spectateur, un peu à l’écart, à un rôle d’adorateur de l’Enfant, à l’imitation de la Vierge dont il est, dans l’image, de plus en plus proche.
Nous verrons dans le « caché-révélé » que c’est vers le nouveau né que Joseph dirige ici son regard doux.



Ce qui a captivé mon attention dans cette version de saint Joseph, est la somptuosité des couleurs complémentaires, rouge et vert, de son habit, et leur matité qui en efface l’ostentation.

C’est sur la pratique des peintres et des teinturiers que Johann Wolfgang Gœthe (1), quatre siècle plus tard, s’appuiera pour l’écriture de son Traité des couleurs (1810) et ses recherches sur leur perception.

Quelques années après lui, Michel-Eugène Chevreul (2) énoncera en conséquence de sa Loi du contraste simultané des couleurs (1839), que non seulement le ton de deux plages de couleur paraît plus différent lorsqu’on les observe juxtaposées que lorsqu’on les observe séparément, mais plus encore que deux couleurs complémentaires juxtaposées sont perçues plus saturées, qu’elles ne le sont, vues isolément.

L’intensité de la perception des rouge et vert complémentaires du manteau de Joseph est encore approfondie par la chaleur du bleu de l’écharpe qu’il tient des deux mains. Pour l’homme du Moyen-Âge en effet, le bleu fait partie des couleurs chaudes !


Ci-dessus le cercle chromatique, aquarelle originale de Goethe (1809), conservée au musée Goethe de Frankfort.

(1) Johann Wolfgang Gœthe (1749-1832), est un romancier, dramaturge, poète, scientifique, théoricien de l’art et homme d’État allemand.

(2) Michel-Eugène Chevreul ((1786-1889), est un chimiste français. Nommé en 1813 directeur de la manufacture des Gobelins, il appuya le travail de teinture sur des recherches sur la perception des couleurs. Il expose dans son ouvrage De la loi du contraste simultané des couleurs des principes qui influencèrent durablement les artistes peintres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s