Calendrier de l’avent / 24 visages #12

Un portrait d’enfant, le seul peint par Ingres. Une jeune fille de treize ans, qui devait mourir l’année suivante. C’est l’un des premiers portraits féminins dont Jean-Auguste-Dominique Ingres, jeune peintre de 26 ans reçut la commande.

Ce tableau de Mademoiselle Caroline Rivière forme une manière de triptyque avec ceux de ses parents, également conservés au musée du Louvre. Tandis que Monsieur Rivière est peint dans un format rectangulaire, Madame Rivière, dans un ovale doré(1), leur fille Caroline s’inscrit dans un tableau cintré. Tous trois ont été peints en 1806 à Paris, peu avant le départ d’Ingres, prix de Rome, pour la Ville éternelle. Ingres, qui se voulait peintre d’histoire, dut, dans ces années difficiles, gagner sa vie en peignant des portraits.

À bien observer cette image d’adolescente fluette, j’hésite entre la sensation de la monstruosité et celle de la grâce.

riviere

Mademoiselle Caroline Rivière (1793-1807), Jean-Auguste-Dominique Ingres  (Montauban, 1780 – Paris, 1867), huile sur toile, 100 x 70 cm, Musée du Louvre, Paris.

Comme sa mère, elle porte une robe napoléonienne cintrée d’un ruban de satin. Un boa d’hermine fait le tour de son corps. On reste impressionné par le rendu de peau retournée de ses gants qui montent jusqu’à mi-bras et se terminent comme des mitaines laissant à nu l’extrémité des phalanges dont Ingres n’a peint qu’un petit morceau de chair de la main gauche, et l’index de la main droite. La délicatesse du rendu de la texture des vêtements et le coloris subtil du portrait sont d’une admirable douceur. La clarté diffuse qui émane de la jeune fille est attisée par le contraste avec l’acajou sombre de sa chevelure et le jaune moutarde de ses gants. Mais la frimousse trop poudrée dont le bijou contraste avec les reliefs fondus de son oreille, est assez ambigüe.
Mademoiselle Rivière, qui pose dans l’atelier d’Ingres sous la pleine lumière du jour, se tient devant un paysage dont la lumière moins intense pourrait émaner d’une heure plus tardive et évoque ceux des portraits de Raphaël, qu’Ingres vénérait : « Raphaël n’était pas seulement le plus grand des peintres ; il était beau ; il était bon ; il était tout. »
La signature un peu baroque de l’artiste s’inscrit dans une étrange touffe d’herbes affleurant au bas du tableau.

«Le moyen de donner l’illusion de la nature c’est de modeler rond et sans détails intérieurs apparents.», disait Ingres, affectionnant d’ignorer l’anatomie au-delà de ce qu’il pouvait en voir de ses propres yeux.
Le cou trop allongé, la ligne du nez qui se poursuit sans interruption sur l’arcade sourcilière et forme une courbe étrange, un étonnant trapèze disproportionnant le tombé des épaules : « pour exprimer le caractère, une certaine exagération est permise surtout là où il s’agit de dégager et de faire saillir un élément du beau. »
Ces «bizzareries» que la critique lui reprocha et qui fascinèrent Baudelaire, sont la conséquence logique de la théorie d’Ingres, dont on a oublié qu’elle était bigrement anti-classique : « En matière de vrai, j’aime mieux qu’on soit un peu au-delà, (…) car, je le sais, le vrai ne peut être vraisemblable.»

Ce portrait et celui de Mme Rivière ont été exposés au Salon de 1806.
Les attributs de « gothique » et de « chinois » dont l’affublèrent les critiques à ses débuts, convenaient finalement à ce peintre, dont l’art, dans ce portrait de jeune-fille, évoque aussi bien celui d’un peintre du Quattrocento que d’un maître de l’Orient.


Portraits de Philibert et Sabine Rivière

M. RIvièreMme Rivière

ingresecritsurart

 

Les citations d’Ingres sont extraites d’Ingres, Écrits sur l’art, collection Les Cahiers Rouges chez Grasset, qui reprend les Notes et pensées de Jean-Auguste-Dominique Ingres par Henri Delaborde, précédemment cité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s